Né en 1992 à Abidjan, Carl-Edouard Keïta vit et travaille aujourd’hui à New-York.

 

Diplômé en 2021 de la New York Academy of Art, Carl-Edouard Keïta y a également remporté le prix du meilleur dessinateur pour les œuvres de son diplôme de fin d’année, dont une partie est présentée dans cette exposition collective.

 

C’est au cours de ses études d’économie à Atlanta que Carl- Edouard Keïta découvre l’histoire de l’art africain, par le biais d’un cours proposé dans son université. Comme il le décrit lui- même, cette découverte est pour lui une véritable révélation esthétique. Fasciné depuis son enfance par les lignes, droites ou courbes, il se passionne alors pour le dessin, et s’inspire de références tant traditionnelles que modernes ou contemporaines. Des formes anguleuses de la statuaire africaine aux décompositions géométriques du cubisme, en passant par le vohou- vohou ivoirien, les influences de Carl-Edouard Keïta sont nombreuses et créent des ponts entre les époques et les continents.

 

D’abord autodidacte, puis étudiant en art, Carl-Edouard Keïta parfait au fil des années sa maîtrise du crayon, attaché à l’idée que le dessin au crayon, derrière une apparente simplicité, puisse devenir le lieu d’une véritable recherche de sophistication esthétique et de complexité conceptuelle. La sobriété du crayon à papier est synonyme pour l’artiste de liberté. Les dessins de Keïta témoignent d’une grande maîtrise de la composition, chaque œuvre portant en elle une histoire, une narration. La décomposition des corps des figures représentées en plusieurs éléments de forme géométrique peut d’ailleurs être comprise comme étant mimétique d’un mouvement de dévoilement et de déconstruction des sujets abordés dans ses œuvres, du visible au caché.